Bienvenue à Tartane Vue Turquoise 30 rue du Surf

Bonjour et bienvenue chez nous, « Méssyé zé dam bonjou !  »

Vous serez surpris de voir toute une multitude de choses sans même sortir de votre studio Vue Turquoise, le studio Parasol et même le Ti Turquoise.
Des oiseaux de toutes sortes :
–          Des colibris, les oiseaux mouche, oiseaux mythiques des Antilles qui viendront butiner les hibiscus ou autres fleurs du jardin.
–          Des merles des Antilles le mâle noir mais son bec n’est pas orange comme ses cousins européens, sa femelle, de la même taille, est grise.
–          Des sucriers dans les tons jaunes et noirs
–   Des rouges-gorges, pipirits, ou encore des tourterelles et autres.
– Au loin, au-dessus de l’océan des frégates, c’est l’oiseau qui a le piqué le plus rapide des oiseaux marins.
–         Les surfeurs qui attendent la bonne vague (tiens, ils sont dans la rubrique des oiseaux…!)

– Vous verrez aussi les pêcheurs qui partent en mer, sur leurs yoles, avant même le levé du jour et qui pointent à tribord, sur le rocher de la Caravelle (petit îlet sur votre droite).
–          Par beau temps vous verrez à votre extrême gauche, la montagne pelée qui vous dévoilera ses secrets. Si vous la voyez, on dit que vous reviendrez forcément en Martinique. En plus d’être réputée pour être l’île aux belles fleurs « Madinina », près de 1700 espèces florales, la Martinique est aussi l’île des revenants, d’où le dicton : « ou vini, ou ké rivini ! » (tu y es venu, tu y reviendras !).
–          Sur l’horizon à gauche et par temps dégagé, vous apercevrez, l’île de la Dominique (à ne pas confondre avec la République Dominicaine), c’est une île anglaise qui nous sépare de la Guadeloupe.
–          Et si vous avez vraiment de la chance, ça arrive aussi, nous avons vu plusieurs fois, des baleines qui remontent vers le nord, entre mars et avril.
C’est aussi à cette période que la mer est vraiment turquoise, quand les Alizés soufflent, d’où le nom « Vue Turquoise » que nous a suggéré une amie suissesse.
Vous verrez sûrement des lézards :
–          Des mabouyas sorte de tarente, presque transparents, ils se cachent souvent derrière les projecteurs pour capturer les insectes. Ici on dit qu’ils portent bonheur dans une maison. Ne les chassez pas ils sont inoffensifs.
–          L’anoli, l’est lui aussi, un peu plus gros et vert presque émeraude. Les mâles se gonflent pour impressionner et faire les beaux devant les femelles, pour faire penser à ses grands cousins les iguanes. Pour voir ces derniers il vous faudra aller sur l’îlet Chancel, le plus grand îlet de la Martinique au large du Robert.
–          La chenille rasta (reconnaissable à ses couleurs), elle est dévastatrice dans le jardin, elle adore les alamandas et les frangipaniers blancs de Colombie (allez savoir pourquoi ?).
–          Et pour finir ou presque, le crabe de terre, le touloulou, qui fait de jolis trous comme tous les crabes ou encore un Bernard l’hermite.
–          Nous ne quitterons pas cette rubrique sans parler, des petites grenouilles et des cabris-bois qui berceront vos nuits, sur fond de houle.
– Vous verrez peut-être des mangoustes dans le jardin, vous en verrez à coup sûr, si vous faites le tour du sentier sur la Réserve de la Caravelle (à ne pas rater). Il est déconseillé de leur donner à manger, même si elles s’approchent tout près de vous. On dit qu’elles vont perdre leur instinct de chasse.

Pour la petite histoire, elles ont été importées d’Asie par l’homme pour exterminer le terrible serpent de la Martinique le trigonocéphale (il y en a 4 sur le drapeau martiniquais). Là encore, l’homme a montré ses limites, car la mangouste est diurne et le serpent est nocturne. Ils ne se combattent que dans les pitts (la mangouste gagne à tous les coups) où l’on peut aussi voir les combats de coqs (nous ne recommandons pas ces spectacles).
La mangouste, ne voyant pas de serpent, s’est alors rabattue sur les œufs des oiseaux et cela a été une grosse catastrophe écologique, car beaucoup d’espèces ont été décimées en Martinique comme les perroquets.
– Plus repoussant avec sa queue de rat le manikou, l’opossum, il sort surtout la nuit et reste souvent hypnotisé par les phares de voitures.Dans le jardin vous verrez : des arbres du voyageur, cocotiers, gommier, flamboyant, goyavier rose, agrumes, palmiers, multipliants, hibiscus multicolores, bougainvilliers blancs et rouges, alamandas jaunes, cœur de marie, frangipaniers rouges et blancs, lauriers roses, jasmins café, gardénias, ixora et pour parfumer votre terrasse du chèvrefeuille, du jasmin haie et du jasmin d’Arabie…

L’arbre du voyageur ou Ravenala,
celui-ci mesurait 20 cm,
lorsque nous l’avons planté, il y a 8 ans

Vous pouvez cueillir tous les fruits que vous voulez, pour votre consommation personnelle.
Et surtout n’hésitez pas à venir nous voir, si vous avez la moindre question à nous poser.
« Sa ka maché… Tchimbé raid, pa moli » (Ca marche…Tiens bon et ne moli pas)
Malgré plus de 10 ans passés en Martinique, nous ne sommes pas très bon dans le langage créole, demandez plutôt à nos filles, elles sont nées ici, Léna et Juliane, mieux encore consultez le petit lexique que nous avons établi, avec des termes indispensables, pour ne pas trop passer pour un touriste (mais ce n’est pas grave, vous serez quand même « z’oreille » …)

Vive les vacances, nous vous les souhaitons les meilleures possible ou simplement un très bon séjour pour ceux qui travaillent (malheureusement, ça arrive aussi…).
Nous essayons de tout mettre en œuvre pour ça.
« Pani problem, la vi a bel, » (pas de problème, la vie est belle)

Chaleureusement

Karine & Jean-Marc sans oublier Léna & Juliane

Sans oublier Lilie & Téki (les nouveaux occupants des lieux) qui sont heureux de vous présenter tous leur amis

Publicités